Associations : quelle place dans les démarches de participation?

Contexte
L’association ICI! (architectes de quartier à l’Île-Saint-Denis) se positionne aux côtés des habitants et ne souhaite pas être identifiée au travail réalisé par ailleurs par les institutions.

La question s’était posée de répondre à l’appel à projet pour la mission d’étude préalable et de concertation sur le Npnru [1]. Cependant, ni l’association, ni l’intercommunalité [2] ne trouvent opportun de le faire, considérant que son statut associatif et autonome leur apporte plus d’avantages.

Les avantages de l’autonomie
Grâce à son statut associatif et à sa présence sur le quartier, ICI! a pu créer des liens de confiance et une plus grande proximité avec les habitants. Les paroles récoltées sont ainsi constructives et diverses. Un bureau d’étude qui viendrait ponctuellement, identifié comme l’interlocuteur de la mairie, entendrait probablement plus de « réclamations ».

Loin de limiter son domaine d’action aux seuls espaces « autorisés », ICI! s’engage dans tous les interstices (pelouses, locaux abandonnés). Toute une série de lieux, non investis ou dont personne ne se préoccupe, deviennent son espace de liberté. Parce qu’ils se fixent eux-même leurs buts et n’ont pas de « hiérarchie », les architectes d’ICI! peuvent expérimenter, proposer de l’éphémère et le faire évoluer rapidement au fil des besoins et des remarques. Il leur est possible de pousser un peu les limites, de « provoquer »l’action (et montrer ainsi son intérêt) quitte à la modifier par la suite. Une table en palette installée en pied d’immeuble permet de mobiliser les jeunes du quartier, mais pourra être démontée ou déplacée si besoin.

Hors des cadres institutionnels (et de la consultation sous forme de réunion), ICI ! peut proposer des manières de faire, plus conviviales et proches des habitants. La fête des lumières (repas, animation, jeux, spectacle…), organisée en soirée et en hiver, est aussi une manière de tester en action les usages chaleureux de l’espace public dans un temps non pensé pour son utilisation.

Et quelques limites
Cependant, même si l’association fait remonter la parole des habitants aux services du Pru, elle n’a aucune assurance qu’elle sera prise en compte. Pour autant, cette autonomie de l’association n’est possible que grâce aux financements qu’elle reçoit (politique de la ville et fondations privées), et grâce au soutien tacite des agents de l’intercommunalité et de la ville, qui croient à cette démarche.

Les questions qui se posent sur le rôle de l’association
Un bureau d’études va être mandaté pour mener le travail d’étude préalable et de concertation avec les habitants.
Quelle place sera laissée à ICI! ? Quel sera son rôle dans la « récolte » et la « traduction » des paroles habitantes ? Quelle légitimité aura l’association dans ses relations avec l’intercommunalité en présence d’un interlocuteur de plus ?

ICI! a déjà commencé à « capaciter » les habitants et les conseillers citoyens sur les projets de renouvellement urbain. Les habitants qu’ils ont formés seront-ils associés à la construction du projet ?

[1] Nouveau programme national de renouvellement urbain.
[2] Plaine Commune, établissement public territorial (regroupement de communes qui fait partie de la métropole du Grand Paris) exerce des compétences transférées par les communes, dont la politique de la ville.


cropped-logo.pngY aller par d’autres chemins…